Venthon Industriel

VENTHON 1889 - 1989

L’histoire industrielle commença à VENTHON en 1889, Armand AUBRY installa une centrale électrique sur le Doron de Beaufort pour la fabrication de sa pâte à papier. Il céda ses installations à la Société Electrométallurgique du Sud-est en 1906, laquelle mit en service son usine d’aluminium en 1908 et l’arrêta en 1911 au regard de la mévente du métal. Cette Société se trouva donc dans l’obligation de vendre aux Forges et Aciéries Paul GIROD. Celles-ci conservèrent la fabrique d’électrodes puis engagèrent la fabrication de carborundum de 1920 à 1947.

usine-4.JPG usine 2 ponts.jpg

La Société d’Electrochimie, d’Electrométallurgie et des Aciéries Electriques d’Ugine reprit à VENTHON la fabrication de l’aluminium en 1926. La crise de 1931 arrêta à nouveau l’usine. L’activité reprit en 1936 avec une nouvelle série de cuves (25 000 ampères). Une étape intermédiaire fut réalisée en 1956 (50 000 ampères). Les cuves de 70 000 ampères à anodes précuites remplacèrent les cuves Söderberg en 1965. Par la suite, la Société Péchiney a encore amélioré la performance de ses cuves.

Les besoins croissants en énergie des Sociétés précitées, les amenèrent à équiper rationnellement le Doron de Beaufort et ses affluents par des centrales électriques, et pour le transport d’énergie des lignes de haute tension raccordées au poste 10/42/150 kilovolts de VENTHON (lequel a été renouvelé en 1970 par E.D.F. - C.R.T.T.).

Après la nationalisation de l’électricité en 1948, E.D.F. construisit son atelier d’entretien pour les centrales du G.R.P.H. « Savoie ». La politique de renouvellement et de modernisation engagée par E.D.F. commença à VENTHON par la mise en service de deux groupes verticaux de 5 560 kilowatts en 1951. L’atelier de VENTHON continua ses recherches pour améliorer la tenue à l’usure des matériaux et les performances des travaux de réparation notamment par la robotique.

Dans les communes situées à une vingtaine de kilomètres autour des usines, où les petites propriétés sont les plus nombreuses, les hommes allaient travailler généralement à l’usine ; les factions leur permettaient de consacrer chaque jour plusieurs heures aux travaux qui exigeaient la main d’œuvre masculine, et ainsi les petites fermes continuaient à vivre, les habitations étaient modernisées et l’émigration lointaine était stoppée.

usine 1970.jpg

Pour la commune, les années suivante virent naître d’intéressantes améliorations (réseaux d’eau, routes, logements, bâtiments communaux, environnement, loisirs,...) ; l’avenir laissait envisager d’autres réalisations.

Ce fut en 1989, l’occasion de fêter ce centenaire avec en particulier un partenariat avec La Poste pour une oblitération d’un timbre en tirage limité. Centenaire qui correspondait aussi au déclin de la mono-industrie liée à la Houille Blanche et qui conduisit la commune qui comptait à cette époque 450 emplois industriels à constater la désindustrialisation inéluctable qui mena en 1994 au démantèlement de l’Unité d’Electrolyse de Péchiney. Quelques années plus tard, elle fût suivie du départ du Centre de réparations des turbines des centrales des Alpes du Nord. La boucle fut bouclée en 2003 avec la fermeture de la Fonderie ALCAN (ex Péchiney) et avec le rapatriement des antennes CEZUS sur Ugine.


Date de création : 03/11/2020 15:51
Catégorie : Venthon -
Page lue 627 fois

Venthon

IMG-20200720-WA0004.jpg